5 juillet 2016

Sécurité et Machines

Les machines

Les mini-racers sont des aéronefs pourvus de 3, 4 ou 6 hélices. Leur poids se situe la plus part du temps entre 500 et 800 grammes, rarement au-delà. Le règlement intérieur de l’AMFPVDR prévoit une limite de poids de 1kg, au maximum.

types_multi_rotor

Ces petits multi rotors sont constitués de différentes matières (carbone, G10, ABS,…) et sont souvent en kit à monter. Ils comprennent un chassis, des moteurs, des contrôleurs, une carte de vol, ainsi que du matériel de transmission vidéo (un émetteur et un caméra permettant de transmettre en direct les images au pilote, et une batterie, afin d’alimenter l’ensemble pour toute la durée du vol).Ce sont des machines relativement complexes, nécessitant un certain savoir-faire pour le montage. Le premier conseil est de prendre son temps dans le choix des composants et de demander l’aide des personnes compétentes. Par exemple, la réalisation de soudures solides ne s’improvise pas.

 

Attention, Tous les tests moteurs réalisés durant la phase de construction doivent être effectués sans les hélices pour des raisons évidentes de sécurité.

 

La sécurité

La pratique du low riding et du FPV racing consiste à survoler en immersion un parcours à basse altitude. Il est bien évident que ce loisir ne peut s’envisager qu’en l’absence de nuisance, ni même de risque pour soi ou pour autrui.Or, comme dans toute autre activité (aéromodélisme ou autre), l’utilisation d’engins tels que nos mini racers, peut générer des situations à risque, si certaines règles de base et de bons sens ne sont pas respectées.

Mesures à prendre en cas de perte d’image ou de signal radio :
– coupure vidéo, il est demandé aux pilotes de couper les gaz, afin de poser l’engin au plus vite.
– perte de signal radio : il est préalablement demandé aux pilotes de programmer une autocoupure (failsafe), permettant un arrêt instantané des moteurs, en cas de perte du signal radio, et ce, afin d’empêcher le mini racer de poursuivre sa course aléatoirement.

La fonction failsafe est à programmer sur la radiocommande mais également sur le logiciel de paramétrage de la carte de vol. Des pilotes chevronnés peuvent accompagner toute personne dans la programmation de cette fonction Failsafe.
2016-02-07_140929

 

Le bon fonctionnement du FailSafe sera systématiquement vérifié avant chaque vol, chez tous les participants

 

Le public

Le premier danger que nous souhaitons à tout prix éviter est le dommage causé à autrui.  Pour cela, le survol de personnes est purement et simplement banni. Cela suppose que les vols soient effectués à des endroits suffisamment éloignés de tout public et/ou d’habitations. Une des principales dispositions que nous prenons, est le survol de zones bien délimitées, dont les pilotes peuvent avoir une connaissance précise. Tout pilote ne maîtrisant pas suffisamment, ni les techniques de pilotage, ni le terrain, est amené à réduire son allure et à faire les repérages nécessaires.Durant les rassemblements de pilotes, l’accent est mis sur la sécurisation des lieux de vol.  Des systèmes d’identification (fléchages, rubalise) peuvent permettre de faciliter la reconnaissance du parcours. Des éléments de protection, tels que des filets de sécurité peuvent également être installés. Enfin, des zones interdites au public et aux pilotes durant les courses sont définies afin d’éviter toute intrusion.

Le vol en immersion suppose que le pilote ne soit pas seul durant la session de vol. Il doit être accompagné d’autres personnes positionnées à côté de lui, qui pourront l’avertir de tout évènement susceptible d’interférer dans son pilotage (intrusion de personnes, d’animaux, etc…), voir à même de récupérer les commandes de l’engin en cas de problème.


La hauteur

De par les hauteurs d’évolution des mini-racers (généralement en deçà des 10 mètres),  le danger d’interférer avec l’espace aérien « classique » et sa hauteur plancher de 150 mètres est quasi nul, pour ne pas dire inexistant.L’AMR demande à ses pilotes de se conformer à une règle simple : ne pas évoluer au-delà de la cime des arbres présents sur la zone de survol, ou en l’absence d’arbres proches, de se cantonner à une hauteur approximative de 15 mètres (au jugé). Ainsi, la marge de sécurité sera grande, en cas de dépassement très ponctuel et involontaire de cette hauteur.

hauteur_de_vol

 

Règlement intérieur / Charte du FPV Racing.

L’AMFPVDR a mis en place un règlement intérieur et une charte de bonne conduite afin de permettre à toute personne souhaitant se joindre à nos activités de prendre connaissance de ces règles de sécurité. L’AMFPVDR a doté son comité directeur de la capacité d’expulser toute personne contrevenante. Toutefois, l’accent est mis sur l’éducation et l’apprentissage.
Les membres de l’AMFPVDR seront ravis d’accueillir  des pilotes débutants, et favoriseront la mise en œuvre des bonnes pratiques de pilotage dans le respect de la sécurité, et ce, à travers l’échange avec des pilotes plus expérimentés.

 

Les membres du comité directeur de l’AMFPVDR tiennent à rappeler que quel que soit son niveau de pilotage, chaque pilote est tenu seul responsable de son mini racer.